LE VOYAGE SOLO AU FÉMININ EN 5 CLÉS

Publié le 2019/12/05

Vous avez toujours rêver de partir en voyage solo? Notre ambassadrice Késia, vous partage cinq conseils pour vous rassurer et vous réconcilier (vous ou votre entourage) à l'idée de quitter seule!

Notre planète bleue, est belle. Si belle que la plupart des gens sur cette terre rêvent de partir sur un coup de tête afin de parcourir quelques centaines de kilomètres, le temps d’un voyage sur un autre continent, ou simplement l’instant d’une immersion dans un autre pays. Pour les femmes, partir outre-mer à l’aventure en mode solo peut parfois être synonyme d’anxiété. Pour l’entourage de celles-ci, cela veut aussi dire que c’est plus dangereux que pour un homme. Vrai ou faux? Dans certains pays, il est vrai que les risques de voyager seule en tant que femme sont plus élevés que pour un homme. Cependant, cela veut-il dire qu’il faut abandonner nos rêves et nos envies d’aventure? Je pense qu’il faut relativiser et que peu importe notre genre, le voyage en solo est possible. Il suffit seulement d’être consciente de quelques principes et d’appliquer quelques règles de base, celles que je nomme les cinq clés du voyage solo…




1 – ADOPTER UNE ATITTUDE SÉCURISANTE

User de sa logique et faire preuve de prudence sont deux façons d’adopter une attitude sécurisante. Par exemple, si tu sors dans une boîte de nuit à une heure du matin et que tu reviens toute seule en marchant dans de petites ruelles sombres (dans un quartier que tu ne connais pas), il est fortement possible que cette prise de décision augmente les risques de sécurité. Une attitude sécurisante pourrait être de prendre l’habitude de demander au personnel de ton lieu d’hébergement les quartiers ou les zones à éviter dans la ville. Cela pourrait être aussi de privilégier les activités en groupe (entreprises reconnues pour offrir des services dans le domaine du tourisme), plutôt que de partir seule avec quelqu’un qui s’improvise comme étant un guide local. Je pense qu’il faut se souvenir que la majorité des gens ne sont pas mal intentionnés, mais qu’effectivement, certaines personnes le sont pour plusieurs raisons (ex : pauvreté économique, pauvreté sociale, conflits et enjeux politiques, etc.). Cela pourrait être aussi de ne pas trop s’afficher en tant que touriste. Par exemple, il est clair que si tu te promènes dans un quartier pauvre avec ta caméra de deux milles dollars dans le cou, une carte touristique à la main et que tu portes des vêtements dispendieux, tu risques d’attirer les regards. Donc, quand on adopte une attitude sécurisante, on diminue les risques d’être une victime potentielle.




2 – SE FAIRE CONFIANCE

La peur est un concept intéressant. D’une part, elle peut nous stimuler à repousser nos limites et de l’autre, elle peut littéralement nous paralyser. Si on écoute trop nos peurs, elles finissent par avoir le contrôle sur notre côté rationnel et nous maintiennent dans l’inaction. Si on ne les écoute pas, elles peuvent nous mettre à risque et faire en sorte qu’on néglige de maintenir une certaine vigilance. La peur peut donc nous empêcher de réserver un voyage, c’est bien connu. Comment ne pas se laisser paralyser par cette peur qui peut s’installer trop facilement? Fais-toi confiance! Il est clair qu’en voyage, tout ne se passe pas toujours comme prévu. Disons que notre capacité d’adaptation est très souvent la bienvenue. Je pense que de se remémorer une situation où on a su gérer ce qu’il se passait peut s’avérer positif mentalement. La peur nous pousse à nous imposer nos propres barrières. Ce n’est pas parce que tu ne parles pas la langue du pays que tu ne pourras pas te débrouiller pour commander dans un restaurant. Ce n’est pas parce que tu sembles perdue à un endroit précis que tu ne seras pas dans la capacité de demander ton chemin à quelqu’un. Fais-toi confiance!



3 – PRENDRE CONSCIENCE DES DIFFÉRENCES CULTURELLES

Il est important de comprendre que les réalités sociales, le droit et le rôle des femmes peuvent être très différents selon : la nationalité, la culture, la religion, le système patriarcal ou matriarcal, etc. Il se peut donc qu’en route, on finisse par rencontrer des gens qui ne saisissent pas le sens de cette quête de liberté qu’une femme peut ressentir en voyageant seule, que même en poussant la réflexion, cela apparaisse même inconcevable! Pas de panique. Le but n’est pas de prouver quoi que ce soit. Évidemment, je pense qu’en tant que femme, il est important de ne pas s’oublier, mais il faut aussi saisir que selon l’endroit où nous sommes dans le monde, il ne serait pas approprié de pousser les limites culturelles et/ou religieuses trop loin. Par exemple, entrer dans un temple sacré sans se couvrir les épaules ou les genoux et faire abstraction des règles à respecter peut s’avérer irrespectueux envers la communauté. En respectant et en comprenant les différences culturelles et religieuses, on maintient un climat de paix.




4 – POSER UN BÉMOL SUR LES MÉDIAS SOCIAUX ET SUR NOS CONTACTS QUI SONT EN MODE PANIQUE

J’ai rencontré des femmes qui ne pouvaient pas s’imaginer voyager seule parce qu’elles me confiaient qu’il y avait trop de danger ailleurs dans le monde, que ce n’était pas sécuritaire. Lorsqu’on écoute les nouvelles à la télévision ou qu’on déroule notre fil d’actualité sur les réseaux sociaux, il est vrai que cela peut nous convaincre de ne pas partir. Il est facile de tomber dans la généralisation. Je pense qu’il faut faire attention à certaines informations. Pour ne donner qu’un exemple, il apparait vrai qu'il est dangereux de s'aventurer dans certaines parties du Mexique. En revanche, il est tout à fait faux d’affirmer qu’on s’expose à de hauts risques partout au pays. Faisons la part des choses. Prenez le temps de faire vos recherches avant de vous rendre dans un pays (taux de criminalité, risques de sécurité, instances politiques et crises politiques, etc.). Ensuite, faite comme moi… Rassurez vos proches et tenter de ne pas tomber dans la panique instantanément.



5 – ADHÉRER À L’IDÉE DE PROFITER DE LA VIE

Si je me fie à mon expérience personnelle, je mentirais de dire que je n’avais aucune crainte avant de me lancer vers l’inconnu. Quand il s’agit de notre premier voyage en solo, on a tendance à avoir un peu moins confiance en nous-même puisqu’on n’a très peu de points de repère. J’ai envie de te dire : «vas-y, n’hésite pas et lance-toi girl»! La vie est si courte et le monde est tellement grand. La vie est aussi si imprévisible et qui sait ce qui peut nous arriver du jour au lendemain? Pour ma part, cette décision a été l’une des meilleures de ma vie. J’ai rencontré des gens avec un cœur en or, j’ai vu des paysages qui m’ont laissé sans mots, j’ai cheminé personnellement et j’ai compris un peu plus la personne que je suis. J’ai tenté de nouvelles expériences et j’ai affronté mes peurs. Je me suis sentie fière, j’ai versé des larmes, j’ai gouté à l’euphorie, à l’adrénaline, la compassion, l’empathie, la force. J’ai compris que de se sentir dans une impasse était parfois le début du renouveau. J’ai compris que pour être heureuse, c’est ce qu’il me manquait : faire le pas vers de nouvelles aventures, vers de nouveaux horizons. Le voyage, c’est tout ça… Alors, qu’est-ce que tu attends?


J’espère que mes cinq clés pourront t’aider à vivre tes propres aventures et partir un jour, qui sait, à la conquête de quelques pays. Si tu veux en savoir davantage sur moi, obtenir d’autres conseils de voyage, lire des suggestions d’endroits à visiter ou de choses à faire dans une destination précise, n’hésite pas à te rendre sur mon blog voyage (kesiavoyageboheme.com). Tu peux également me suivre sur mes réseaux sociaux si le cœur t’en dit. Bon voyage!

Plus de publications